Actualités

Mardi 23 janvier 2018

Solutions pragmatiques pour désengorger les petites douanes

retour à la liste des actualités
Solutions pragmatiques pour désengorger les petites douanes

Quelque 600’000 mouvements routiers sont enregistrés chaque jour aux frontières entre Genève et le canton de Vaud et la France. Plusieurs axes principaux étant saturés, une partie du trafic transfrontalier de transit se reporte sur le réseau secondaire notamment au sud du canton. Certains villages se retrouvent ainsi engorgés et font face à des nuisances et des problèmes de sécurité pour leurs habitants. L’ensemble des autorités compétentes ont signé le 23 janvier 2018 une lettre d’intention et s’engagent à mettre en oeuvre. Un programme d’action permettant de diminuer les flux et d’améliorer la qualité de vie des communes concernées.

L’agglomération franco-valdo-genevoise connaît un rythme de croissance économique et démographique parmi les plus élevés d’Europe. Corollaire de cet essor, la mobilité pendulaire croît massivement, avec près de 600’000 passages quotidiens aux frontières franco-valdo-genevoises. Face à la saturation actuelle des réseaux autoroutiers et des principales pénétrantes transfrontalières, et dans l’attente de nouvelles perspectives de développement des transports collectifs (lignes de tram, Léman Express, lignes de bus transfrontalières), de plus en plus de pendulaires franchissent en voiture les frontières entre Genève, la Haute-Savoie et l’Ain en transitant par les petits points de passage frontières.

Les communes françaises de Valleiry, Viry et Saint-Julien, ainsi que les communes genevoises de Soral, Avusy, Chancy et Perly-Certoux sont particulièrement concernées par ce phénomène, qui génère des nuisances et des problèmes de sécurité pour leurs habitants. Afin de diminuer de manière tangible le trafic pendulaire motorisé de transit aux heures de pointes du matin et du soir, l’ensemble des partenaires compétents se sont engagés à mettre en oeuvre un ambitieux plan d’actions transfrontalier visant à réduire de manière drastique le trafic pendulaire qui transite par les douanes de Soral II, Sézegenin, Chancy II et Certoux.

Une lettre d’intention a été signée le 23 janvier 2018 pour définir les actions à mener. Le programme prévoit notamment, dès 2018, de nouvelles solutions pour promouvoir le covoiturage, comme par exemple le test d’une voie réservée à ce mode de transport à la douane de Thônex-Vallard et l’expérimentation du covoiturage dynamique entre Valleiry et Bernex. La mise en service de nouvelles lignes transfrontalières de transport public (Viry – Soral – Bernex et Archamps – Collonge – Bachet), ainsi que la création de parcs-relais et d’aires de covoiturage viendront ensuite compléter le dispositif.

Si ces mesures ne permettent pas de diminuer le trafic pendulaire aux petits passages frontières à l’horizon fin 2019, de nouvelles actions seront envisagées par les signataires. Un test visant à limiter l’accès des petites douanes pendant les heures de pointe aux seuls covoitureurs, bus et deux-roues, pourrait alors notamment être mené pendant six mois.

Voir la lettre d'intention

Voir le communiqué de presse