Actualités

Vendredi 22 juin 2018

Coopération transfrontalière : Agir avec confiance et détermination

retour à la liste des actualités
Coopération transfrontalière : Agir avec confiance et détermination

L’élection du nouveau Conseil d’Etat de la République et canton de Genève doit permettre une relance de la coopération transfrontalière. Pierre MAUDET, nouveau Président du Conseil d’Etat a tenu des propos encourageants lors du discours de Saint-Pierre, appelant à impulser une nouvelle dynamique franco-suisse sur des réalisations concrètes, notamment dans le domaine de la mobilité. Les élus du Genevois français, réunis en assemblée du Pôle métropolitain le 22 juin, attendent des avancées concrètes du nouveau gouvernement genevois. Dans cette perspective, ils ont souhaité souligner les grands enjeux et les chantiers prioritaires qu’il faudra traiter dans les prochains mois.

L’élection du nouveau gouvernement de la République et canton de Genève constitue une véritable opportunité de se fixer une nouvelle méthode de travail pour accompagner les enjeux du Grand Genève. Le Pôle métropolitain représente aujourd’hui un territoire de plus de 410 000 habitants, pleinement intégré à la dynamique métropolitaine du Grand Genève. Les attentes sont fortes pour construire une relation équilibrée entre le canton de Genève et la France voisine : le nouveau gouvernement genevois doit construire avec ses partenaires français les services que les citoyens d’une agglomération d’un million d’habitants attendent. Au coeur des priorités, la mobilité et le vivre-ensemble !

Gagner la bataille de la mobilité

La mobilité constitue aujourd’hui le point noir du Grand Genève. Plusieurs réalisations vont voir le jour dans les prochains 36 mois, dont le Léman Express, qui va transformer le paysage de la mobilité dans le Grand Genève. Les autorités du territoire doivent se saisir de l’arrivée du Léman Express pour démultiplier l’offre de mobilité autour du développement des transports publics et des transports alternatifs. 

Revenir à un dialogue apaisé et renforcer notre communauté citoyenne transfrontalière

Puisqu’une relation de confiance se construit à travers le respect des obligations respectives, par une juste contribution au financement des charges publiques et par un accès équitable aux services, il convient de traiter avec confiance et volonté ces questions dans un cadre apaisé et dans la recherche de solutions conjointes (par exemple : l’incitation à la déclaration de résidence principale des pendulaires frontaliers).

Une approche concrète, pragmatique, en lien direct avec la réalité vécue par nos concitoyens

Les défis ne manquent pas, ils sont nombreux : on peut citer l’aménagement du territoire et l’habitat avec une production équilibrée de logements de part et d’autre de la frontière, la transition écologique du territoire avec la préservation de notre biodiversité, la mobilisation des énergies renouvelables, la formation avec la promotion des métiers de demain face à la révolution numérique et à la digitalisation de l’économie, les enjeux de l’innovation et de la recherche, le programme de développement du CERN, etc.

A l’ordre du jour de cette Assemblée, les élus du Pôle métropolitain ont également approuvé trois délibérations importantes :

  • l’adoption d’un avenant à la convention de coopération métropolitaine du Genevois français (adoptée en 2015), qui permet un soutien financier de la Région Auvergne Rhône-Alpes sur des projets d’investissements d’envergure métropolitaine. L’enveloppe initiale de 5 millions € de crédits régionaux est portée à 13 millions €. 
  • l’adoption d’un document stratégique et opérationnel : le Schéma d’Accueil des Entreprises (SAE). Ce document organise l’accueil des activités économiques dans le cadre d’une armature économique équilibrée à l’échelle du Pôle métropolitain du Genevois français.
  • le lancement du processus de prise de compétence du Pôle métropolitain dans le domaine des nouvelles mobilités avec la prise en charge de l’organisation, de l’exploitation, et la promotion de services d’autopartage et de covoiturage ainsi que de la réalisation d’actions à destination des employeurs pour encourager la promotion des moyens de transports alternatifs à la voiture individuelle.